Anticosti et ses histoires

Balados

Anticosti et ses histoires

La série « Anticosti et ses histoires », c’est la rencontre du balado intimiste et de l’audio-guide muséal. C’est l’occasion de se faire raconter par les gens qui y vivent ou y ont vécu, certains petits récits derrière la grande histoire de l’île, la plus grande île du Québec. Et Anticosti, au-delà des milliers de cerfs qui la parcourent, est truffée de richesses... En collaboration avec Sépaq Anticosti.

  • L’île des naufrages : Anticosti l’inaccostable

    Les phares tout autour de l’île n’y ont pas été construits pour rien : le «rift» qui la ceinture est le pire ennemi des marins ! Et à juste titre, malgré tous les instruments de navigation qu’ont les bateaux aujourd’hui, malgré les phares, malgré les cornes de brume, à la Pointe-Ouest, une épave assez récente se mêle désormais au paysage, le crevettier gaspésien Calou qui, pris dans une tempête, a été poussé sur le rift par les vagues. On ne badine pas avec Anticosti. John Pineault, maire de l’île d’Anticosti, est d’abord un navigateur et un grand plongeur. Il raconte quelques-unes des histoires de l'île qu'on surnomme tristement le cimetière du Golfe. Prise de son et montage : Guillaume Thibault Réalisation : Virginie Lamontagne Technicien en production régionale : Michel Neault

  • Baie-Sainte-Claire : la dernière maison debout

    À la fin du 19e, quand Menier a acheté l’île, il a choisi cet emplacement pour ériger son premier village-ouvrier et l’a nommé en l’honneur de sa mère, Claire. Comme son grand-père l’avait fait avant lui pour sa chocolaterie de Noisiel, en France, il a pourvu ici à tous les besoins de ses colons. Ferme, hôpital, école, forge, boucherie, maisons bien sûr, il ne manquait rien dans ce petit village, il y avait même une fanfare ! Hélàs, Menier l'abandonna pour préférer un autre site où il fondera Port-Menier. Jean-Guy Joubert raconte l'histoire de cette maison qu'il a habitée, la seule maison qui tient bon face aux vents de la Baie-Sainte-Claire. Prise de son et montage : Guillaume Thibault Réalisation : Virginie Lamontagne Technicien en production régionale : Michel Neault

  • L’Anse-aux-Fraises : 445 millions d’années avant

    Anticosti est un cimetière de fossiles! À raison d’un centimètre par centenaire, les années sont devenue pierres. À l'Anse-aux-Fraises, il y a le Cap de la Vache-Qui-Pisse, de sa charmante toponymie. Ce cap, est fait de strates vieilles de 445 millions d’années. C’est un site exceptionnel où l’on peut voir, imprimée dans la pierre, la première extinction de masse, mais aussi, plusieurs millions d'années plus tard, la vie qui reprend. Tout comme il ne subsiste du village disparu de l’Anse-aux-Fraises que son cimetière, mais que tranquillement, la vie y revient. André Desrochers, géologue stratigraphe, nous traduit l'évolution de la vie sur terre que nous racontent les pierres. Prise de son et entrevue : Xavier Marceau et François Desrochers Montage : Guillaume Thibault Réalisation : Virginie Lamontagne Technicien en production régionale : Michel Neault Merci à Steve Jomphe

  • Henri Menier : quand le château a brûlé

    Henri Menier, grand industriel français, héritier des chocolats Menier fondés par son grand-père, avait un goût pour l’aventure, la nature... et le luxe. En moins de 20 ans, il a marqué profondément l’histoire de l’île, qui est aujourd’hui vastement connue grâce aux cerfs nombreux qu’il y a introduits. Mais à sa mort, une fois l’île revendue, comment les insulaires, sans grands moyens comme ceux de Menier, pouvaient-ils espérer protéger tout son héritage? Thérèse Chevalier puise dans ses souvenirs des bribes du quotidien de ses parents, à l’ère Menier. Prise de son et montage : Guillaume Thibault Prise de son et réalisation : Virginie Lamontagne Technicien en production régionale : Michel Neault

  • Louis-Olivier Gamache : de gardien à sorcier

    Louis-Olivier Gamache se serait installé sur l’île vers 1810, dans la Baie Ellis, avec sa femme et un premier enfant. Le couple aurait eu neuf enfants. On raconte que l’homme était armé jusqu’aux dents, qu’il s’est fait passer pour le seigneur de l’île, qu’il a séquestré un huissier venu réclamer le règlement d’une dette : un sympathique gaillard. Mais sa réputation de sorcier arrive plus tard, il se serait mis à cultiver le mystère autour de lui, à se construire une inquiétante réputation... Wendy Tremblay nous raconte l'histoire du Sorcier Gamache. Prise de son et montage : Guillaume Thibault Réalisation : Virginie Lamontagne Technicien en production régionale : Michel Neault