Baladodiffusion

Zone franche

Zone franche

Zone franche amène un éclairage différent sur un enjeu de société fort qui s’inscrit dans l’air du temps. Ici, des gens de tous horizons laissent leurs idées préconçues au vestiaire pour s’exprimer sur un enjeu de société qui préoccupe les Québécois. Ils expriment leurs idées et leurs opinions sous forme de témoignages, de discussions et de duels.

  • Système de santé public et privé

    Année après année, l'État injecte de plus en plus d'argent dans le système de santé public, qui monopolise près de la moitié du budget de la province. Malgré cela, les ratés de notre système de santé persistent et mettent de plus en plus en péril l'accès universel aux soins. Alors que la santé demeure la principale source de préoccupation des Québécois, notre système est à la croisé des chemins : le privé va-t-il sauver ou achever notre système de santé public?

  • Identité de genre

    Il y aurait au Québec près de 1000 personnes transgenre, c'est-à-dire dont le genre ne correspond pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance. Depuis 2015, une personne peut faire changer le sexe indiqué sur son certificat de naissance, sans avoir subi d'opération. Les revendications juridiques, sociales, administratives ou identitaires, pour une société plus inclusive et accommodante, se multiplient. Faut-il abolir la notion de genre?

  • Laïcité

    Au Québec, le débat sur laïcité dure depuis plus de 10 ans, soit depuis la crise des accommodements raisonnables. S'en suivent la Commission et le dépôt du rapport Bouchard-Taylor. À plusieurs reprises, le gouvernement a tenté de légiférer. Le projet de loi de la CAQ prévoit notamment l'interdiction du port de signes religieux pour les employés de l'État en position d'autorité et les enseignants. C'est principalement cette clause qui suscite la controverse. Alors, pour ou contre l'encadrement des signes religieux?

  • Censure culturelle et historique

    Depuis la diffusion d'un documentaire qui le présente comme un prédateur sexuel, plusieurs radios ont décidé de bannir la musique de Michael Jackson. Plus près de nous, le nom du cinéaste Claude Jutra a été retiré de l'espace public lorsque son passé pédophile a été dévoilé. Plusieurs statues et monuments, rendant hommage à des personnages controversés de notre passé, sont aussi vandalisés partout au pays. Faut-il effacer ces artistes et personnages historiques de notre patrimoine?

  • Cours d'éducation à la sexualité

    L'entrée en vigueur du nouveau programme québécois d'éducation à la sexualité crée une résistance. Depuis septembre 2018, près d'un million de jeunes du niveau primaire et secondaire reçoivent une formation sur différents aspects de la sexualité. Le premier ministre Legault a fermé la porte à toute forme de contestation. Pourtant, pour des groupes de parents inquiets et des organisations religieuses, la question n'est pas réglée. L'éducation à la sexualité a-t-elle sa place dans nos écoles?

  • Parité : imposée ou spontanée?

    Sept Québécois sur 10 pensent que les partis politiques devraient avoir autant de femmes que d'hommes parmi leurs candidats. Dans le secteur privé, à peine 25 % des cadres supérieurs sont des femmes. La question de la parité se pose aussi dans le milieu culturel, soulevant parfois la controverse. Au rythme actuel des choses, le Forum économique mondial prévoit que la parité sera atteinte dans les domaines de la politique, du travail, de la santé et de l'éducation d'ici…108 ans!

  • Légalisation des drogues

    Le Canada est devenu en octobre 2018 le deuxième pays au monde à autoriser la vente libre de cannabis. Depuis, de plus en plus de voix s'élèvent pour qu'on décriminalise, et même qu'on légalise toutes les drogues. Certains estiment qu'il s'agit d'une solution à la crise des opioïdes qui sévit au pays, et qui a causé près de 10 000 décès depuis 2016. Actuellement, le Portugal est le seul état qui a opté pour la décriminalisation. Le Canada doit-il envisager la légalisation de toutes les drogues?

  • Réhabilitation des criminels

    Au Canada, la réhabilitation est au coeur de notre système de justice. Chaque année, au pays, 10 000 sentences prennent fin. Malgré les programmes de réhabilitation en place, plusieurs criminels récidivent à leur sortie de prison. Pour certains, le système est trop sévère, pour d'autres, il n'est pas assez répressif. Posons-nous la question : est-ce que tous les criminels sont réhabilitables?

  • Immigration

    Depuis 2008, le nombre d'immigrants accueillis chaque année dans la province est relativement stable : en moyenne 50 000, autant d'hommes que de femmes. Ils proviennent d'Asie, d'Afrique, d'Europe et d'Amérique. Si une majorité de Québécois croient que les immigrants amènent une contribution positive, certains estiment qu'ils menacent notre identité et nos valeurs. La CAQ veut en prendre moins, mais en prendre soin. Est-ce qu'on accueille trop d'immigrants au Québec?

  • Contrôle des armes à feu

    Depuis le 29 janvier dernier, tous les propriétaires d'armes à feu d'épaules du Québec doivent enregistrer leurs armes. Cette mesure est loin de faire l'unanimité, puisque qu'à ce jour, seulement 25 % d'entre elles ont été enregistrées. Certains déplorent qu'un tel contrôle brime leurs droits et libertés, tandis que d'autres y voient une mesure essentielle pour prévenir les crimes contre la personne. Il est donc légitime de se demander : Pour ou contre le contrôle des armes à feu au Québec?

© 2018 Télé-Québec. Tous droits réservés. Réalisation - Direction des médias numériques.