Baladodiffusion

Zone franche

Zone franche

Zone franche amène un éclairage différent sur un enjeu de société fort qui s’inscrit dans l’air du temps. Ici, des gens de tous horizons laissent leurs idées préconçues au vestiaire pour s’exprimer sur un enjeu de société qui préoccupe les Québécois. Ils expriment leurs idées et leurs opinions sous forme de témoignages, de discussions et de duels.

  • Doit-on élargir l'aide médicale à mourir?

    Pour plusieurs malades et leur famille, mourir dans la dignité est un droit fondamental. Et doit être élargie notamment aux personnes souffrants de maladies dégénératives incurables, comme l'Alzheimer par exemple. Pour d'autres, élargir l'accès est irresponsable et scandaleux. Le risque d'être euthanasié pour des raisons insuffisantes, comme une dépression passagère, ou pire, contre son gré, est trop grand. Alors, doit-on élargir l'accès à l'aide médicale à mourir?

  • Est-ce que la pornographie est trop banalisée?

    Les Canadiens sont les 5e plus grands consommateurs de pornographie au monde. Pour les uns, la pornographie est nocive. Elle encourage l'hypersexualisation, la pression de performance, voire l'exploitation sexuelle. En plus des conséquences qu'elle a chez les jeunes. Pour les autres, l'industrie de la porno est légitime. Il s'agit d'un divertissement pour adultes qui stimule le désir et permet d'explorer ses fantasmes. Est-ce que la pornographie est trop banalisée?

  • Tolère-t-on trop de violence dans les sports?

    En 2019, trois boxeurs professionnels sont morts après un affrontement. Des gestes violents existent aussi au hockey, au football dans d’autres sports de combat. Sont-ils nécessaires à la pratique ou font-ils partie d’un spectacle dangereux? Alors que le gouvernement Legault a annoncé une stratégie nationale visant à réduire les commotions cérébrales, on se demande : est-ce qu’on est trop tolérants envers la violence dans le sport?

  • Considérant que la vaccination est obligatoire dans plusieurs pays, doit-on rendre obligatoire la vaccination de nos enfants?

    Depuis 2010, 946 cas de rougeole ont été rapportés au Québec. Grâce à la vaccination, on avait pourtant éliminé cette maladie en 1998. Ces récentes éclosions, que l'on associe au mouvement anti-vaccin, font craindre des épidémies. Des voix s'élèvent pour que l'on rende les vaccins obligatoires. Une proposition contre laquelle plusieurs s'opposent, craignant que l'on brime leur liberté de choisir. Considérant que la vaccination des enfants est obligatoire dans plusieurs pays, doit-on emboîter le pas?

  • Le français est-il en péril au Québec?

    Au Québec, le français comme langue maternelle a reculé de 1 % depuis 2011. Ce léger recul est anodin pour certains, mais alarmant pour d'autres. À ce titre, le gouvernement Legault a annoncé sa volonté d'élargir la Loi 101. Quant au controversé « Bonjour-Hi » dans les commerces montréalais, son utilisation a doublé depuis 2010. Cette réalité inquiète certains et elle en laisse d'autres indifférents. En 2019, le français est-il en péril au Québec?

  • L'homme québécois est-il en crise?

    Le mouvement #MeToo a libéré une vague historique de dénonciations par un grand nombre de femmes victimes d'agression ou d'inconduite sexuelle commises par des hommes. Une prise de contrôle sans précédent des femmes sur un monde encore en grande partie dominé par les hommes. Plusieurs hommes se disent en perte de repère, ne savent plus quelle est leur place, comment agir, comment être un père, comment draguer. Certains prétendent que les hommes québécois traversent une crise majeure, et ont besoin d'aide pour redéfinir leur rôle. Alors, l'homme québécois est-il est crise?

  • La DPJ est-elle un échec?

    La mort d'une fillette à Granby au printemps dernier a bouleversé la province. Impliquée dans le dossier, la Direction de la protection de la jeunesse n'a pu prévenir le drame. Les échecs de la DPJ font régulièrement la une des journaux, mais on parle très peu de ses exploits au quotidien. Pour certains, notre système est défaillant, il faut le réformer, voir l'abolir. Pour d'autres, il est performant et essentiel, il sauve la vie de nos enfants. Reste que c'est un défi colossal de vouloir prendre en charge tous les jeunes québécois vulnérables. Alors, la DPJ est-elle un échec?

  • Pour ou contre la consommation de viande?

    6, 5 millions de Canadiens ont décidé de manger moins de viande dans la prochaine année, que ce soit pour des raisons de santé, de protection de l'environnement ou d'éthique animale. Pourtant, 60 % des gens au pays estiment que manger de la viande est un droit fondamental qui fait partie de notre culture. Pour ou contre la consommation de viande?

  • Pour ou contre la maternelle 4 ans?

    Depuis la rentrée scolaire cette année, la CAQ implante la maternelle 4 ans sur l'ensemble de son territoire. Dans le but d'assurer un meilleur développement des enfants d'âge préscolaire, la maternelle 4 ans sera accessible à tous d'ici 5 ans. 644 classes de maternelle 4 ans sont en place actuellement au Québec. Les Centres de la petite enfance et les garderies privées sont en désaccord, les parents inquiets, et les écoles perplexes. Alors pour ou contre la maternelle 4 ans?

  • Le Québec est-il accro aux pilules?

    Le Québec est le champion de la consommation de médicaments au Canada : il se prescrit 30 % plus de pilules ici, que dans le reste du pays. En janvier 2019, un groupe de 45 médecins a sonné l'alarme pour dénoncer que « notre société se retourne trop facilement vers une pilule pour traiter tous les maux ». Par contre, les médicaments sauvent des milliers vies au quotidien et sont nécessaires pour garantir notre bonne santé publique. Alors, le Québec est-il accro aux pilules?

  • Vol de données personnelles

    Au Canada, cet été seulement, 6 millions de clients de la banque Capital One, près de 3 millions de membres Desjardins et 23 000 employés chez Revenu Québec se sont fait voler des informations confidentielles. Les données personnelles sont l'or noir du 21e siècle. Pourtant, le Canada accuse un retard en matière de législation sur la cybersécurité. Des citoyens insouciants, des gouvernements largués, des entreprises dépassées… Le vol de données personnelles : à qui la faute?

  • Système de santé public et privé

    Année après année, l'État injecte de plus en plus d'argent dans le système de santé public, qui monopolise près de la moitié du budget de la province. Malgré cela, les ratés de notre système de santé persistent et mettent de plus en plus en péril l'accès universel aux soins. Alors que la santé demeure la principale source de préoccupation des Québécois, notre système est à la croisé des chemins : le privé va-t-il sauver ou achever notre système de santé public?

  • Identité de genre

    Il y aurait au Québec près de 1000 personnes transgenre, c'est-à-dire dont le genre ne correspond pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance. Depuis 2015, une personne peut faire changer le sexe indiqué sur son certificat de naissance, sans avoir subi d'opération. Les revendications juridiques, sociales, administratives ou identitaires, pour une société plus inclusive et accommodante, se multiplient. Faut-il abolir la notion de genre?

  • Laïcité

    Au Québec, le débat sur laïcité dure depuis plus de 10 ans, soit depuis la crise des accommodements raisonnables. S'en suivent la Commission et le dépôt du rapport Bouchard-Taylor. À plusieurs reprises, le gouvernement a tenté de légiférer. Le projet de loi de la CAQ prévoit notamment l'interdiction du port de signes religieux pour les employés de l'État en position d'autorité et les enseignants. C'est principalement cette clause qui suscite la controverse. Alors, pour ou contre l'encadrement des signes religieux?

  • Censure culturelle et historique

    Depuis la diffusion d'un documentaire qui le présente comme un prédateur sexuel, plusieurs radios ont décidé de bannir la musique de Michael Jackson. Plus près de nous, le nom du cinéaste Claude Jutra a été retiré de l'espace public lorsque son passé pédophile a été dévoilé. Plusieurs statues et monuments, rendant hommage à des personnages controversés de notre passé, sont aussi vandalisés partout au pays. Faut-il effacer ces artistes et personnages historiques de notre patrimoine?

  • Cours d'éducation à la sexualité

    L'entrée en vigueur du nouveau programme québécois d'éducation à la sexualité crée une résistance. Depuis septembre 2018, près d'un million de jeunes du niveau primaire et secondaire reçoivent une formation sur différents aspects de la sexualité. Le premier ministre Legault a fermé la porte à toute forme de contestation. Pourtant, pour des groupes de parents inquiets et des organisations religieuses, la question n'est pas réglée. L'éducation à la sexualité a-t-elle sa place dans nos écoles?

  • Parité : imposée ou spontanée?

    Sept Québécois sur 10 pensent que les partis politiques devraient avoir autant de femmes que d'hommes parmi leurs candidats. Dans le secteur privé, à peine 25 % des cadres supérieurs sont des femmes. La question de la parité se pose aussi dans le milieu culturel, soulevant parfois la controverse. Au rythme actuel des choses, le Forum économique mondial prévoit que la parité sera atteinte dans les domaines de la politique, du travail, de la santé et de l'éducation d'ici…108 ans!

  • Légalisation des drogues

    Le Canada est devenu en octobre 2018 le deuxième pays au monde à autoriser la vente libre de cannabis. Depuis, de plus en plus de voix s'élèvent pour qu'on décriminalise, et même qu'on légalise toutes les drogues. Certains estiment qu'il s'agit d'une solution à la crise des opioïdes qui sévit au pays, et qui a causé près de 10 000 décès depuis 2016. Actuellement, le Portugal est le seul état qui a opté pour la décriminalisation. Le Canada doit-il envisager la légalisation de toutes les drogues?

  • Réhabilitation des criminels

    Au Canada, la réhabilitation est au coeur de notre système de justice. Chaque année, au pays, 10 000 sentences prennent fin. Malgré les programmes de réhabilitation en place, plusieurs criminels récidivent à leur sortie de prison. Pour certains, le système est trop sévère, pour d'autres, il n'est pas assez répressif. Posons-nous la question : est-ce que tous les criminels sont réhabilitables?

  • Immigration

    Depuis 2008, le nombre d'immigrants accueillis chaque année dans la province est relativement stable : en moyenne 50 000, autant d'hommes que de femmes. Ils proviennent d'Asie, d'Afrique, d'Europe et d'Amérique. Si une majorité de Québécois croient que les immigrants amènent une contribution positive, certains estiment qu'ils menacent notre identité et nos valeurs. La CAQ veut en prendre moins, mais en prendre soin. Est-ce qu'on accueille trop d'immigrants au Québec?

  • Contrôle des armes à feu

    Depuis le 29 janvier dernier, tous les propriétaires d'armes à feu d'épaules du Québec doivent enregistrer leurs armes. Cette mesure est loin de faire l'unanimité, puisque qu'à ce jour, seulement 25 % d'entre elles ont été enregistrées. Certains déplorent qu'un tel contrôle brime leurs droits et libertés, tandis que d'autres y voient une mesure essentielle pour prévenir les crimes contre la personne. Il est donc légitime de se demander : Pour ou contre le contrôle des armes à feu au Québec?

© 2019 Télé-Québec. Tous droits réservés. Réalisation - Direction des médias numériques.